dimanche 14 janvier 2007

Les prédateurs de l’ornithorynque

La situation examinée:
" Mes élèves de troisième année effectue actuellement un projet de recherche sur un animal de leur choix. Anne a choisi de travailler sur l'ornithorynque. Hier, j’ai eu une brève rencontre pour faire le point avec elle sur sa recherche d’information. J’ai été surprise lorsqu’elle a nommé le lapin parmi les prédateurs de l’ornithorynque. Comment dois-je réagir? Dois-je lui dire que ce n’est pas possible? Ou la laisser poursuivre sa recherche en espérant qu’elle découvrira l’erreur? Cette information vient du site Ornithorynque."

Ce n’est pas étonnant qu’une fille ait mis le lapin au nombre de prédateurs de l’ornithorynque. Cette information se trouve sur les sites internet, comme : Ornithorynque, L'ornithorynque et Pourquoi l’ornithorynx?

Est-ce que c’est une erreur ou une blague?
Chacun a son jugement. Or, la solution juste doit s’appuyer sur l’information fiable, sur les faits avérés et sur les arguments concluants.

Comment faut-il réagir?
Il faut proposer de poursuivre la recherche et d’essayer de trouver les confirmations de ce fait ou les explications convaincues en tenant de bonne source.

En cas de manque de confirmations, est-ce qu’on doit lui dire que ce n’est pas possible?
Selon moi, ce n’est pas souhaitable de nier le fait quand il est absent les preuves solides. Il faut élargir la recherche et présenter de propres hypothèses basées sur les renseignements recherchés.

Alors, selon mon avis, l’enseignant doit :

  1. Faire attention sur le fait discutable que le lapin est le prédateur de l’ornithorynque.
  2. Demander à l’élève sa propre opinion. Quels sont ses arguments?
  3. Laisser poursuivre la recherche supplémentaire sur l’ornithorynque afin de trouver les confirmations et les explications de cette information.
  4. Proposer d’étendre la recherche sur les autres éléments convenables, à savoir, sur le lapin et sur l’Australie.
  5. Trouver les relations communes entre tous les éléments et présenter des hypothèses et de propres explications de ce fait.

Voici ma propre recherche :

  1. Le mot prédateur signifie « un organisme vivant qui capture des proies vivantes pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture. » (Wikipedia-Prédateur)
  2. Le lapin est herbivore. Pourtant, il est « caecotrophe, c'est-à-dire qu'il mange ses propres crottes molles ... » (Wikipedia-Lapin)
  3. Les lapins sont très nombreux en Australie. « Un cas typique et bien connu est l'introduction du lapin d'Australie : le jour de Noël 1859, vingt-quatre lapins sont introduits en Australie ; quelques années plus tard, ils pullulent, détruisent récoltes et pâturages, minant le sol par le creusement de leurs terriers ; les écosystèmes sont profondément déséquilibrés. La pullulation du lapin a été favorisée par l'absence de ses prédateurs ». (Éducation à l'Environnement- Biocénose: populations)
  4. Les lapins sauvages « creusent des terrains des terriers complexes. Ils sont très prolifiques, aussi ont-ils causé de graves perturbations écologiques dans certaines régions comme l'Australie, où ils n'existaient pas avant leur introduction par les colons. » (Éducation à l'Environnement-Lapin)
  5. Le grand nombre de lapins australiens causaient des dégâts et menaçaient l'équilibre écologique local. (Wikipédia-Lapin européen).
  6. L'épidémie de myxomatose déclenchée pour les combattre sur ce continent. « Le lapin est devenu une véritable question de société. Des maladies comme la myxomatose sont même entretenues par les autorités pour en limiter le nombre. » (Wikipédia-Australie)
  7. L'ornithorynque s’abrite dans un petit terrier étroit. « Les femelles creusent un terrier beaucoup plus large et plus élaboré, long de 20 mètres et bloqués par des bouchons à intervalles réguliers. À l'extrémité du tunnel, les roseaux qu'elles apportent servent de nid. » (Wikipédia-Ornithorynque)
  8. Les œufs d’ornithorynque sont très critiques à l’humidité parce que « la coquille est molle et a l'apparence du cuir. La femelle garnit la chambre du nid avec des feuilles mouillées qui assureront l'humidité nécessaire aux œufs... » (Australie-L'ornithorynque)

Donc, je présente mes propres hypothèses :

  1. Le lapin est ennemi de l’ornithorynque parce qu’il creuse les terrains et détruit les terriers d’ornithorynque.
  2. Le creusage des lapins rompt l’humidité d’un nid et cela met en perte des œufs d’ornithorynque qui exigent une humidité élevée.
  3. Le lapin est prédateur de l’ornithorynque parce qu’il peut manger les petits d’ornithorynque après le creusage du terrier.
  4. Les lapins sont dangereux pour les ornithorynques parce qu’ils les infectent avec le virus de la myxomatose.

Pour confirmer l’une de ces hypothèses, il faut poursuivre cette recherche et trouver les autres sources d’information en consultant dans les encyclopédies ou en analysant la littérature spéciale.

1 commentaire:

ppa6224h07cb a dit…

Belle recherche sur le sujet ! Bravo Olena !